Bonjour, amis du jour. Bonsoir, amis du soir ! Je vous souhaite à tous la bienvenue sur le forum français La Maison de la Nuit. Venez découvrir toutes les infos, les news, photos, vidéos et interviews qui portent sur cette série de livre phénoménale !!
 
AccueilPortailRPGFAQMembresS'enregistrerConnexion
Le forum est actuellement repris en main par Ever D. Black, soyez patient
Cyrius B. Lafferty & Luna Duchannes retrouvent leur statut de modo

Partagez | 
 

 L'histoire d'une maudite (histoire courte)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lily Michels
4ème année
4ème année
avatar

Messages : 578
Points de Rp : 639
Réputation : 25
Date d'inscription : 06/12/2011
Age : 26
Localisation : Chercher le rouge qui bouge!
Emploi/loisirs : Rire, m'amuser, et rire encore.
Humeur : Toujours moi même ! ;)

Feuille de personnage
Réputation :
Don / Affinité :
Son répertoire :

MessageSujet: L'histoire d'une maudite (histoire courte)   Sam 29 Juin 2013 - 21:32

Pourquoi ais je été maudite ? Laissez-moi-vous compter mon histoire….

Mon monde est bien loin de celui que l’on connait, plus sombre, pus triste. Peuplé de monstres tueurs d’enfants… qui circule a la nuit tombée. Enfin c’est qu’on laisse penser aux pauvres citoyens. Mais tous cela c’est des sornettes ! Laisser moi vous dire la vérité.
En faite lorsqu’un enfant se promène seul dans les rues à la tombée de la nuit, les forces de l’ordre représenté par les maîstres et grand-mâistres, on la charge de les ramasser pour les enfermer dans de sombre cellule. En vérité nous somme dirigés, laissez moi vous le dire, par un roi sans cœur. Et bien trop enclin a se construire de nouveaux palais ou a posséder le plus d’or possible. C’est au travail forcé que finissait tous ses enfants… Des monstres, oui il y en avait bien, mais au final, ce n’était surement pas ceux que l’on pensait… Tous ces enfants disparues, engendraient toujours plus de légendes et ces créatures décrites aux villageois en expliquaient les fréquentes pertes aux parents éplorés.

Vous me demanderez ce que j’ais à voir dans cette histoire ? Et bien justement, je fais partie de ses fillettes qui se trouvaient au mauvais endroit au mauvais moment. Après la perte de ma chère mère, et pour fuir l’homme qui n’était mon père mais qui dirigeait ma maison, me prenant pour la boniche qu’il lui manquait, j’ais décidée de prendre ma vie en main, et me suis enfuit pour partir a l’aventure. Enfin, j’ais vite déchantée. Après quelques nuit à me cacher dans de vielles maisons abandonnée, j’ais fini par me faire rattraper par l’un de ses hommes en noir, facilement reconnaissable par le grand chapeau qu’il porte sur la tête.

-Halte la gamine !!!

Ais-je entendue avant de me retourner… C’était alors trop tard pour me sauver.  Je n’avais que quatorze ans à l’époque, alors que pouvait bien faire une si jeune fille face à un homme entraîné ? Quelques heures après je me suis donc retrouvée derrière les barreaux. Et après plusieurs heures a pleurer, j’ai appris par les autres enfants enfermé là ce qu’il en était vraiment du monde qui m’entourait. Peut être aurais je sue ça plus tôt…. Non. Je serais quand même partie alors.

Oh ! J’ais faillis oublier de me présentée. Je m’appelle Celia. Je suis plutôt jolie fille, et j'aurais pus m'en sortir dans la vie si il en avait été autrement. Je suis bien assez maligne et courageuse pour ça...

Bref, Dans cette geôle ou je devais passer les prochain jours à venir avant d’être envoyer sur mon travail forcé qu’on allait m’imposer, je fus rapidement rejointe par d’autre bambin, certain plus jeune certain plus âgé. L’un deux, un jeune garçon aux yeux jaune un peu bizarre devint rapidement mon ami. Tous deux nous soudèrent les coudes pour supporter les épreuves à venir, soudant aussi le reste des enfants de ma cellule, jusqu'à ce que nous devenions tous assez proche. Nous passâmes ainsi près d’une semaine avant d’être envoyé sur le chantier d’un palais de vacance appartenant au roi, ou nous devions trimer dure, bien trop dure pour de si jeunes et si petites personnes, parfois même sous le coup du fouet lorsque nous n’allions pas assez vite au goût des adultes.

Le soir lorsqu’enfin on nous laissait retrouver nos cellule, Mat mon ami et moi-même, nous chargions de soigner les pieds en sangs des plus jeunes, les mains abîmés des autres, puis finissions par partager les maigres repas qui nous était offerts pour que tous aient quelques chose à se mettre sous la dent. Ce calvaire dura ainsi deux longues années, à trimer, à pleurer pour nos amis qui était mort de fatigue, et a accueillir les nouveaux qui étaient venus les remplacer.

Parfois, lorsque les gardiens étaient trop occupés à picoler pour nous surveiller, Mat et moi-même nous isolions, pour discuter entre nous, partageant ainsi quelques rêves de fuite. Car bientôt il serait majeur, et bientôt on viendrait le chercher. Les adultes ne sont pas assez « dociles » pour les travaux forcés, et alors ils finissent dans les arènes royales, mourant pour faire gagner certains paris qui apporteraient un peu d’or au roi. Et ça, on ne pouvait l’accepter. Au fil du temps, l’amitié qui nous unissait Mat et moi se changea en sentiment plus tendre, plus intense, nous rendant tout deux inséparable. Voila plus de deux ans que je cachais un secret qui lui aurait surement  couté la vie… Celui qui expliquait la drôle de couleur de ses yeux. Car mon ami n’était pas un jeune garçon comme les autres.  Il avait le don de changer de forme, pour prendre celle de tous genres d’animaux. Voila aussi ce que nous faisions a l’abri des regards des Maîstres chargé de notre garde. Il passait son temps a me faire rire, se changeant parfois en un petit chat que je m’empressais a câliner, parfois en oiseau, se mettant à chanter pour me rendre heureuse.

Quoi qu’il en soit, lui aurait put s’enfuir depuis le premier jour… Si seulement nos regards ne s’étaient pas croisés alors. Il n‘avait pas eu le cœur de laisser une si jeune fille en larme seule dans cette galère comme me l‘avait il expliqué un jour où je le lui avais demandé.

C’est quelques jours avant son dix huitième anniversaires que nous décidâmes de passer à l’acte, mais évidemment, il était hors de question de partir sans emporter tous les jeunes qui étaient enfermés avec nous.

Nous profitâmes donc d’une nuit bien sombre, ou les gardes endormis cuvaient tout l’alcool but quelques heures plus tôt pour rassembler tous le monde, se rassemblant devant les grilles de notre cellule. Mat en profita alors pour prendre la forme d’un petit écureuil, passant ainsi entre les barreaux, et parvenant discrètement à en chiper les clefs, il nous fit ainsi sortir. Hélas, évidement, tout n’est pas aussi simple, et peine la moitié des enfants furent ils sorties, se dispersant déjà dans les rues pour partir en courant le plus loin possible de se cauchemar, certains bien décidé à retrouver leur parents éplorés, que les deux hommes endormis se réveillèrent cherchant à nous arrêter. Et ils n’y allèrent pas dans la dentelle. Trois enfants moururent sous leurs coups avant que nous puissions intervenir. Enfin Mat surtout, moi je n’étais encore qu’une jeune fille de tout juste seize ans, bien trop fragile pour m’en prendre à des hommes adultes.

Mon tendre ami se changea alors en un grand loup, et après un combat assez sanglant, il parvint à éliminer les deux gardes, nous laissant le champ libre. Ainsi tous les derniers enfants, nous y compris, purent s’enfuir.

Enfin… Enfin je nous croyais libre. Nous étions dehors, nous courrions tout les deux, se tenant la main, se permettant même quelques petits rires.  Lors de nos discutions secrète où nos sentiments s’étaient dévoilés, nous avions fait tout un tas de projets pour cet instant. Je voulais vivre avec lui, nous voulions enfin pouvoir nous aimer, devenir adultes libres, et oublier cette sombre époque.  Nous  nous étions même imaginé parents, se promettant de protéger nos enfants contre se monde lugubre, les prévenant eux de ce qu’étaient vraiment les monstres. Nous rêvions de bonheur. Un bonheur si chèrement payé et tellement mérité. J’aimais Mat, plus que tous. Grace a lui, j’avais survécu à tous ça. J’avais ris au moment les plus tristes de mon existence. Il m’avait protégé, il m’avait soigné, il m’avait bercé et rassuré.

Mais encore une fois le destin s’acharna contre nous. Nous étions à quelques kilomètres de notre cellule, courant toujours pour notre vie. A quelques lieux a peine de mon village natal, lorsque nous nous fîmes rattraper par l’un des grand maîstres et sa monture ensorcelée. Pas décidé a nous laisser reprendre ainsi, nous cherchâmes à nous cacher, a nous sauver, allant plus vite, dans des chemins pus escarpé, jusqu'à tomber sur une grande rivière. Nous n’avions plus qu’a la traverser pour arriver en lieu sure, les chevaux magiques des maîstre ne supportant pas le contact de l’eau. Mais hélas, mes jambes était trop petites, et mes pieds pas assez habiles. Ainsi je chutais, et en moins de temps qu’il n’en fallut pour me relever,  l’homme était déjà sur moi, me tirant par les cheveux pour me remettre sur pied.

Encore une fois, Mat vint a mon aide. Et ce serait la dernière fois. Se jetant en forme de loup sur l’homme en noir il parvint à le faire lâcher prise, égorgeant même sa monture pour l’empêcher de nous suivre a nouveaux. Après une longue bagarre il parvint même à trouver une prise solide sur l’épaule de l’homme le blessant de façon mortel. Mais c’est alors que celui-ci sortit une arme de sous sa cape pour tirer sur mon aimé. Je me souviendrais toute mon éternelle enfance de ce son qui déchira mon cœur et mon âme, me laissant seul a jamais.  

Seule… J’étais morte de l’intérieure, éperdue de chagrin, tenant serrer contre moi le corps sans vie, redevenue humain de Mat, dont les beaux yeux jaunes étaient devenu terne, me fixant de se regard sans vie, comme s’excusant m’abandonner. Je pleurais ainsi quelques instants. Combien de temps ? Je ne saurais le dire. Quelques heures peut-être… Mais après le chagrin vint la colère. Et l’amour que je lui portais, disparut de mon cœur pour laisser la place à la rage. Une rage pure, tournée envers tous ceux que j’estimais en être responsable.

Levant les yeux vers le ciel, je me mis alors à crier, invoquant les forces les plus sombres qui nous entouraient. Je demandais ainsi l’aide aux pouvoirs occultes, les suppliant de m’aider à me venger.  

-Jamais, jamais je ne voudrais devenir adulte !  Et jamais, plus jamais je n’aimerais.

Cette promesse que je fis sembla fasciner un esprit néfaste, et ainsi une sombre lueur m’envahit, me donnant force et nourrissant ma rage. Comment tous cela c’est il produit exactement ? Je ne saurais le décrire. Mon esprits était bien troublé alors comme vous pouvez l’imaginé.

Quoi qu’il en soit, voila maintenant plusieurs années que j’aire sur cette terre, sous la forme d’une éternelle gamine de seize ans infernal. Plus un seul enfant ne fut enfermé une fois que j’eux exterminé tous les hommes en noirs portant ce chapeau si significatif, m’acharnant encore et encore, jusqu'à devenir le monstre aujourd’hui si redouté à la nuit tombée. Mais aujourd’hui, ce ne sont plus les enfants qui on a craindre de la lune… Oh non. Eux peuvent passer, n’étant même pas visibles a mes yeux enragé. Mais gare a l’adulte qui s’égarerait car sous mes coups mes morsures mes griffes il tomberait…

Dans mon monde les monstres sont les riches, et tous ceux qui savaient et se taisaient. Dans mon monde, ces hommes en noir son mes proies, et je suis devenue leur pire cauchemar.
Revenir en haut Aller en bas
Naila Phoenix
4° Années à la maison de la nuit
4° Années à la maison de la nuit
avatar

Messages : 526
Points de Rp : 560
Réputation : 5
Date d'inscription : 14/07/2011
Age : 21
Localisation : Près de mon paquet de cigarettes
Humeur : Essaye pas de me demander

Feuille de personnage
Réputation :
Don / Affinité :
Son répertoire :

MessageSujet: Re: L'histoire d'une maudite (histoire courte)   Lun 1 Juil 2013 - 22:19

Je crois que je vais devenir une super fan de toutes tes histoires Razz
Revenir en haut Aller en bas
Lily Michels
4ème année
4ème année
avatar

Messages : 578
Points de Rp : 639
Réputation : 25
Date d'inscription : 06/12/2011
Age : 26
Localisation : Chercher le rouge qui bouge!
Emploi/loisirs : Rire, m'amuser, et rire encore.
Humeur : Toujours moi même ! ;)

Feuille de personnage
Réputation :
Don / Affinité :
Son répertoire :

MessageSujet: Re: L'histoire d'une maudite (histoire courte)   Mer 3 Juil 2013 - 11:49

Razz Merci! J'en posterais d'autre alors. Mais je préviens mes histoire courtes sont rarement avec des fin heureuses. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Caryline Xyn
Professeur Dessin
Professeur Dessin
avatar

Messages : 272
Points de Rp : 334
Réputation : 6
Date d'inscription : 03/02/2013
Age : 27
Localisation : vaut mieux pas qu'tu saches!
Emploi/loisirs : tuer de l'humain!
Humeur : pas toujours facile

Feuille de personnage
Réputation :
Don / Affinité :
Son répertoire :

MessageSujet: Re: L'histoire d'une maudite (histoire courte)   Mer 3 Juil 2013 - 19:30

J'adore, j'adore, J'ADORE§ 
Revenir en haut Aller en bas
isa
Administratrice
Administratrice
avatar

Messages : 1278
Points de Rp : 1485
Réputation : 20
Date d'inscription : 21/12/2010
Age : 37
Localisation : sur une plage des P.O.
Emploi/loisirs : aide comptable / lecture, balade
Humeur : Le soleil, la plage ... tout est parfais :)

MessageSujet: Re: L'histoire d'une maudite (histoire courte)   Mer 3 Juil 2013 - 21:04

oh oui postes en d'autres, c'est super  




Lecture en cours

study  Wicca T4 les retrouvailles et 5 La boucle et bouclée (Cate Tiernan)   study


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'histoire d'une maudite (histoire courte)   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'histoire d'une maudite (histoire courte)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» L'histoire d'un Faucon.
» L'histoire d'Haïti falsifiée
» [Fanfiction] Histoire de Porygon.
» Les personnalités qui ont marqué l'histoire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La maison de la nuit FRANCE :: HRP – Coin Détente :: Médiathèque :: Section des écrivains-
Sauter vers: