Bonjour, amis du jour. Bonsoir, amis du soir ! Je vous souhaite à tous la bienvenue sur le forum français La Maison de la Nuit. Venez découvrir toutes les infos, les news, photos, vidéos et interviews qui portent sur cette série de livre phénoménale !!
 
AccueilPortailRPGFAQMembresS'enregistrerConnexion
Le forum est actuellement repris en main par Ever D. Black, soyez patient
Cyrius B. Lafferty & Luna Duchannes retrouvent leur statut de modo

Partagez | 
 

 La chasse de trop

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lily Michels
4ème année
4ème année
avatar

Messages : 578
Points de Rp : 639
Réputation : 25
Date d'inscription : 06/12/2011
Age : 26
Localisation : Chercher le rouge qui bouge!
Emploi/loisirs : Rire, m'amuser, et rire encore.
Humeur : Toujours moi même ! ;)

Feuille de personnage
Réputation :
Don / Affinité :
Son répertoire :

MessageSujet: La chasse de trop   Jeu 4 Juil 2013 - 9:57

C’est dans un royaume des plus riche et prospère que débute cette nouvelle histoire. Une histoire qui ressemblera peut être à une morale… A vous d’en juger.

Dans magnifique royaume dont le nom sans intérêt est des plus imprononçables et pourtant respecter de toute son époque, vivait un homme, Kaëb. D’une bonne trentaine d’année, il vivait seul dans une riche demeure en bordure de forêt. Riche héritier d’une haute famille, Kaëb n’avait jamais manqué de rien, menant une vie plutôt heureuse. Partagé entre son amour insatiable de la chasse et ses sorties dans la noblesse royale, chasses, bals, chasses et ainsi de suite rythmait le quotidien  de notre ami.

On le disait plutôt séduisant, d’une taille plutôt conséquente pour les hommes de son époque, il se faisait facilement remarquer par les jeunes femmes avec sa belle tignasse brune désordonné et ses yeux aussi gris qu’un ciel nuageux. Sa vie richement pourvue lui avait offert un corps fort et saint, et son statue dans la société était assez enviable, lui offrant bon nombre de prétendantes. Et Kaëb qui était un homme clairement accomplit, et en âge de fonder une famille, offrant ainsi une nouvelle lignée pour son héritage, était plutôt pressé de trouver sa promise et de se marier. Pourtant, aucune des plus jolies femmes de son royaume ne trouvait grâce à ses yeux. Aucune n’était assez jolie, assez fière, assez bien pour gagner son affection. Et inlassablement il restait célibataire, profitant de toutes les occasions qui lui étaient donnée pour participer aux événements  mondains, dans l’espoir veine d’une nouvelle rencontre. Ne renonçant jamais.

Le reste du temps, il le passait chez lui. Sa demeure, un riche manoir monté entre deux tours sombre, d’une grande bâtisse en pierre et rehaussé d’un magnifique toit en chaume, était assez bien entretenue. Un vaste jardin fleurit l’entourait, traversé par un chemin de pierres bordés d’arbres centenaires.  Depuis des générations, cette propriété en bordure de la grande forêt était la fierté de  sa famille, et chaque maître des lieux y avait rajouté son histoire.

Et avec la passion dévorante de Kaëb pour la chasse, il est facile d’imaginer ce que lui apporta à cet endroit… Chaque pièces de son manoir étaient décorées de trophés empaillés, tantôt accrochés aux murs, tantôt  au sol, dans divers postures plus ou moins naturels. De quoi effrayer bien des âmes d’enfants, mais pas notre ami. Lui se plaisait presque autant à observer ces animaux si fascinant qu’a les traquer pour les tuer. Son propre père l’avait initié à cet art si masculin, lui apprenait à suivre les pistes dans la forêt. Ils avaient ainsi partagé bien des journées tous deux  dans la nature, partageant un même loisir, resserrant ainsi les liens qui les unissaient. Et à la mort de celui-ci, le jeune homme qu’était notre ami Kaëb du haut de ses dix sept ans, transforma ce simple loisir en un besoin irrépressible de parcourir les bois à la recherche de l’animal le plus rare à rapporter à la maison. Il était devenu tellement doué et obstiné dans la matière que ses amis se riaient de lui.

-Tu vas vider la forêt a force de t’acharner ainsi… S’amusaient-ils à le prévenir.

Vider la forêt…. L’idée lui semblait totalement absurde. L’endroit était si vaste, regorgeant de diverses espèces sauvages… Comment un seul homme parviendrait il a tous les chassez ? Alors lui aussi riait, n’y prenant pas garde et entraînant ses amis dans de nouvelles véneries, toujours aussi sanglantes et fructueuse.

Tant et si bien que les paroles de ses amis finirent par devenir vérité. Bientôt, biches, cerf, sangliers, faisans, tous commencèrent à se faire rares, disparaissant doucement du grand bois qui bordait le royaume. Même Kaëb commençait à éprouver quelques difficulté à rapporter de nouvelles dépouilles au manoir. Quel triste histoire, mais jamais il ne se remit en question pour cela, accusant une étrange maladie qui aurait décimé les forêts… Il gardait même l’espoir que les choses reviennent en ordre, d’ici quelques temps, suivant comme toujours le fil de son quotidien. Ne perdant pas non plus espoir d’un jour trouver la belle qui saurait gagner son cœur. Le temps passa, mais les choses ne s’arrangeaient pas dans la forêt… Loin de là.  

Cependant, un beau jour, au cours d’une matinée ensoleillée, où soufflait une douce brise du nord qui emportait avec elle la délicate senteur des lys fleurissant dans le jardin, se présenta au manoir une ravissante jeune femme. Vêtue d’une simple robe à la couleur des feuille, de longue mèches de cheveux d’un blond aussi doré que les blés contrastait a merveille avec le sombre de la capuche qui cachait son visage.  Les fins fils d’or brillaient de milles feux sous les rayons du soleil, et sa fine taille laissait imaginer des courbes parfaitement proportionnée et généreuse. Il émanait d’elle une prestance sans pareille, et évidement elle ne passa guère inaperçue. Ainsi on la conduisit rapidement devant le seigneur des lieux, et même sans voir le visage de la jeune femme, Kaëb se retrouva rapidement et étrangement attiré par cette mystérieuse demoiselle.

-Qui êtes-vous  charmante dame ? Et pourquoi vous présentez vous à ma porte ?  Lui demanda t’il tout en fixant se visage voilé qui lui faisait fasse.

Un doux rire lui parvint alors. Le son le plus claire et agréable qu’il lui fut un jour donné d’entendre. Et lorsque la jeune femme prit la parole pour lui répondre de sa voix envoutante, il crut même sentir son cœur louper un coche.

-Comment pouvoir me qualifier de charmante sans même m’avoir vue ?

Fit-elle remarquer avant de retirer sa capuche qu’elle laissa retomber sur ses épaules. Ainsi tous purent voire son visage splendide. Des traits des plus fins le dessinait, son teint légèrement halé tranchant à merveille avec ses yeux d’un bleu aussi clair qu’un ciel sans nuage, ainsi qu’avec ses lèvres pulpeuses d’un rouge qui n’avait rien à envier au rose grimpantes sur le mur du manoir. Pas un mot ne sorti de la bouche de Kaëb qui était clairement tombé sous le charme de la demoiselle, ainsi elle continua.

-Je me nomme Espoir… Se présenta-t-elle en se courbant légèrement dans une petite révérence avant de s’expliquer. J’ai été envoyée par la grande déesse verte. Pour vous prier d'épargner la forêt et ses habitants sauvages.

Ne saisissant pas où elle voulait en venir, et pourquoi cette déesse l’avait envoyé là, il lui demanda donc de s’expliquer un peu plus en détaille, lui faisant par de son incompréhension. Et c’est ce qu’elle fit.

Ainsi elle lui révéla le trouble que ses chasses incessantes avaient provoqué pour la nature environnante, risquant de détruire à jamais la chaine alimentaire et l’équilibre naturel. Mais malheureusement, le jeune homme n’était pas prêt à accepter sa responsabilité dans cette affaire, rappelant à la jeune femme au combien se plaisir de chasser sur ses terres était cher à son cœur. Accepter d’y renoncer serait un sacrifice énorme pour lui, et il ne renonçait à cesser ses traques sans retour… Ainsi après toute une soirée à négocier et discuter, les deux jeunes gens trouvèrent un accord. La jeune femme consentait à devenir sa dame, lui promettant un amour sincère, contre la promesse que plus jamais il ne tuerait dans la forêt.

Un mariage splendide et joyeux eu lieu quelque temps après, et le jeune couple coulait des jours heureux. Une jolie enfant vint même au monde à peine un an après leur noces, et Kaëb tenu parole pour les beaux yeux de sa dame. Jamais il ne retourna à la chasse. Leur fille grandit dans l’amour, la forêt se repeuplait et le temps passa ainsi. L’équilibre était revenu. Mais l’histoire serait bien trop simple si elle se terminait ainsi…

Six longues années après, Espoir, la ravissante femme de Kaëb, tomba enceinte à nouveau. Un véritable bonheur en soit, surtout que les anciennes annonçaient l’arrivée d’un garçon… Sauf que l’accouchement se révéla beaucoup plus difficile que le premier, affaiblissant grandement la belle maman. Un hiver particulièrement rude suivit, provoquant sa perte pour le pus grand désespoir du père. Il avait perdu celle qui lui avait été destiné, et le chagrin le détruisit entièrement. De sombres années suivirent, et les deux enfants qui grandissaient sans mères, se retrouvèrent un temps délégués aux nourrices. Mais bien vite Kaëb se reprit, et devint un père exemplaire.

Son fils du haut de ses cinq ans le couvrait de son attention, et sa jeune fille âgée elle de douze ans, se montrait parfaite en tout, faisant sa fierté et se promettant à un grand avenir. Pourtant…. Même tout l’amour de ses enfants ne parvenait à combler le vide qu’avait laissé son épouse. Et l’ennui le saisissait chaque jour… Tant et si bien qu’il se remit à parcourir les bois. Dans le simple espoir de se distraire grâce à une promenade, il ne prenait même pas de fusil alors.

Au départ, ces quelques promenades se révélèrent bienfaitrices, le détournant un peu de son malheur et occupant son esprit. Bien vite il se mit à suivre les traces qu’il trouvait, juste pour voir un peu ses animaux qu’il aimait tant chasser… Et facilement il en trouva. Chaque jour, lorsque ses enfants prenaient leurs cours avec les percepteurs qu’il payait pour cela, il retournait suivre de nouvelles pistes, et espionner parfois une biche et son faon, parfois un lapin ou un sanglier.  Et bientôt… Bientôt, l’envie de reprendre la chasse revint à son esprit. Après tout…. Sa femme l’avait quitté, et plus aucune promesse ne le tenait…

C’est ainsi qu’un matin d’automne, après avoir laissé ses enfants bien au chaud dans leur lit, il prit son fusil, le mit sur son épaule, et prit la direction des bois avec le cœur léger et un sourire imperceptible aux lèvres. Après une petite promenade il repéra les traces d’un chevreuil, et s’empressa de les suivre.  Parcourant ainsi la forêt en pistant la proie qu’il se réservait, il ne pouvait s’empêcher de repenser a celle qui avait un jour ravi son cœur au point même de lui faire oublier le plaisir qu’il éprouvait a ce moment même en traquant le chevreuil. Et après une bonne chasse il rejoignit le chevreuil qui se nourrissait de l’herbe fraîche d’une clairière. Sans perdre de temps il prit son fusil, le chargea, et mit en joue l’animal qui ne l’avait pas repéré.

Kaëb  hésita quelque secondes, la promesse qu’il avait fait a sa bien aimé raisonnant étrangement a ses oreilles. Il se permit même de fermer un instant les yeux pour en revoir de mémoire son magnifique visage… Si belle... Elle était si belle... Et quel douleur avait il éprouvé a sa perte... Les yeux toujours fermé il marmonna comme si elle pouvait l'entendre.

-Tu m'a laissé... Je ne doit plus rien à la déesse.

Puis ouvrant les yeux, il tira. Un grand éclaire déchira alors le ciel alors que le pauvre animal surprit cessait de vivre, et une douleur fulgurante tordit les tripes du chasseur qui s’écroula a genoux. Qu’avait il fait ? Il sentait la menace… Pour lui, pour les siens.

Prit de panique il couru retrouver le manoir et sa famille. Mais la forêt semblait décidée à le retenir, les arbres l’agrippant grâce à leur branches trop longues, les cours d’eau semblant se dresser sur son passage volontairement, jamais le chemin du retour ne lui sembla aussi long.

Lorsqu’enfin il arriva à sa propriété, l’endroit lui sembla étrangement  lourd d’ambiance.  Pourtant le calme régnait. Pas un bruit ne parvenait du manoir. Et John le voiturier travaillait dans la coure… Rien d’anormal  en soit. Peut être avait-il eu peur pour rien ? Il entra donc un peu essoufflé et se reprit un instant avant de monter à l’étage ou se trouvait les chambres des enfants. Il voulait se rassurer. Kaëb se dirigea d’abord vers la porte de sa chère fille, son aînée, qui ressemblait tant à sa mère, mais lorsqu’il ouvrit la porte, c’est une louve qu’il trouva sur le petit lit de la chambre. Une louve jeune, mais bien menaçante. La peur le saisit à nouveau, mais ne trouvant aucune trace de sa chère enfant, il claque la porte avant de foncer retrouvé son fils, espérant que la jeune fille se serait réfugiée dans sa chambre…. Mais encore une fois, c’est un tout jeune loup qui l’accueilli, tout aussi menaçant que l’autre, tout crocs dehors.

Jamais Kaëb ne retrouva ses enfants et prit dans la folie causée par sa peine immense, il fit exécuter les deux loups, persuadé que ses bêtes sauvages étaient venues dévorer ses enfants chéris, pour le punir d’avoir manqué à sa parole. Se vouant lui-même à une fin bien triste et solitaire.


Dernière édition par Lily Michels le Jeu 4 Juil 2013 - 10:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lily Michels
4ème année
4ème année
avatar

Messages : 578
Points de Rp : 639
Réputation : 25
Date d'inscription : 06/12/2011
Age : 26
Localisation : Chercher le rouge qui bouge!
Emploi/loisirs : Rire, m'amuser, et rire encore.
Humeur : Toujours moi même ! ;)

Feuille de personnage
Réputation :
Don / Affinité :
Son répertoire :

MessageSujet: Re: La chasse de trop   Jeu 4 Juil 2013 - 9:59

Une de plus! Wink M'en voulez pas, je l'ai écrite ce matin même et j'ai pas trop prit le temps encore de corriger. ^^ J'espère que ça vous plaira quand même! Bisouuuuuus
Revenir en haut Aller en bas
Caryline Xyn
Professeur Dessin
Professeur Dessin
avatar

Messages : 272
Points de Rp : 334
Réputation : 6
Date d'inscription : 03/02/2013
Age : 27
Localisation : vaut mieux pas qu'tu saches!
Emploi/loisirs : tuer de l'humain!
Humeur : pas toujours facile

Feuille de personnage
Réputation :
Don / Affinité :
Son répertoire :

MessageSujet: Re: La chasse de trop   Jeu 4 Juil 2013 - 20:09

trop bien je suis fan !!! j(adore cette histoire ha ces mecs! La nature reprend toujours ses droits.
Revenir en haut Aller en bas
Dadar Bélial
1ère année
1ère année
avatar

Messages : 194
Points de Rp : 212
Réputation : 5
Date d'inscription : 27/01/2012
Age : 25
Localisation : Avec mon ange
Emploi/loisirs : expert dans l'art de tabasser quelqu'un
Humeur : qu'est-ce que tu r'garde toi?

Feuille de personnage
Réputation :
Don / Affinité :
Son répertoire :

MessageSujet: Re: La chasse de trop   Ven 5 Juil 2013 - 21:45

j'aime!

Comment ça ces mecs... je fais de la chasse à l'homme moi madame !!

Je touche pas aux animaux... *sort*
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La chasse de trop   

Revenir en haut Aller en bas
 
La chasse de trop
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Foret] Cette chasse est gardée et il y a un prédateur de trop ici... [PV: Len Tsukimori & Lena Carter]
» "Qui trop chasse le dragon devient dragon lui-même." Amdir Panthera, Roi d'Umbar [FINI]
» Regardez ça aller. Est-ce que je tire trop fort sur la laisse de l'animal?
» Réveil pour la chasse ! [PV Plume]
» Chasse entre mère et fille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La maison de la nuit FRANCE :: HRP – Coin Détente :: Médiathèque :: Section des écrivains-
Sauter vers: